> GRATUIT : RECOIS 1H DE FORMATION PRISE DE PAROLE

Recevez 5 vidéos de formation offertes pour booster vos prises de parole en public

Votre email restera confidentielle, zéro spam.

arrow

Envie de Réussir vos Prises de Parole ?

Pour devenir Charismatique, Confiant et Influent !

formation gratuite
OUI, je veux découvrir la formation

Je reçois directement et gratuitement 1H de formation prise de parole.

formation pour dire non sans clupabiliser

Comment dire NON sans culpabiliser

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouvel article de blog. Aujourd'hui ce sera un article très pratique, dans lequel j'aimerais vous partager d'un plan d'action concret en cinq étapes pour réussir à dire non sans culpabiliser. Cet article va s'articuler autour de trois principales thématiques. Avant de vous partager le plan d'action, on parlera des avantages qu'il y a à savoir dire non sans culpabiliser. Et je terminerais avec une parenthèse sur pourquoi on a tendance à culpabiliser quand on dit non à quelqu'un. C'est parti !

 

Les avantages de savoir dire non sans culpabiliser

Dans un précédent article, je vous expliquais pourquoi apprendre à dire non. Car il y a beaucoup d'avantages à savoir dire non sans culpabiliser. Si vous arrivez à dire non sans ressasser votre refus, vous aurez un sentiment de liberté énorme. Ce sera également l'occasion de vous focaliser sur les choses qui vous tiennent à cœur. Vous allez enfin arrêter de perdre votre temps et de mettre en péril votre organisation avec des choses qui viennent perturber vos principaux objectifs.

Savoir dire non c'est aussi augmenter la valeur de vos engagements. De cette manière, lorsque vous direz "oui", ce sera un phénomène beaucoup plus rare. L'acceptation aura donc beaucoup plus de valeur que si vous dites oui à tout le monde, pour tout et n'importe quoi.

Apprendre à dire non va aussi augmenter votre estime de vous-même. Car vous vous engagerez seulement sur des actions qui sont en accord avec ce que vous voulez faire, qui vous rapprocheront de vos objectifs.

 

Comment dire non à quelqu'un sans culpabiliser en cinq étapes concrètes

dire non sans clupabiliser

Passons au plan d'action concret en cinq étapes pour dire non sans culpabiliser. La première étape se passe avant même que quelqu'un vous demande quelque chose. Il s'agit de savoir intérieurement ce que vous êtes prêt à accepter et ce que vous devez refuser. C'est un luxe que peu de personnes s'autorisent mais je vous invite à le faire. Prenez le temps de vous poser et de réfléchir à qui vous voulez être, à ce que vous voulez devenir et à vos objectifs à court, moyen et long terme pour y parvenir. Ainsi, vous aurez une idée beaucoup plus précise de ce que vous pouvez ou non accepter.

 

Prononcer un non catégorique

La deuxième étape de notre plan d'action, c'est tout simplement de commencer votre argumentation par un non catégorique. Beaucoup de personnes, et vous en faites peut-être partie, ne savent pas dire non de manière claire. Elles disent par exemple "Oui j'aurais bien aimé mais…", "Ça aurait été avec plaisir mais malheureusement", etc. Sachez que si vous commencez votre argumentation avec ce type de phrase, vous aurez beaucoup moins d'impact et la personne en face va se dire qu'il est possible de vous faire changer d'avis. Il est donc primordial de dire "non" de manière claire. Pas de panique, vous n'allez pas passer pour une personne sèche ou méchante. Car vous aurez l'occasion de vous expliquer !

 

Dire non sans culpabiliser : avancez des faits concrets

dire non sans clupabiliser

La troisième étape de ce plan d'action, c'est justement de justifier votre refus en avançant des chiffres ou des faits concrets. Par exemple, si je vous demande de participer à un évènement à telle date, vous pourrez me dire "non, j'ai déjà un autre événement de prévu à cette date, malheureusement". Il est important d'apporter une justification concrète à votre refus. Il peut s'agit d'arguments ou de chiffres. Par exemple si quelqu'un vous demande de l'aide sur une mission, vous pouvez dire "non, désolé, pas cette fois, car je t'ai déjà aidé sur les cinq missions précédentes et je ne peux pas faire tout le travail à ta place".

Que ce soit en entreprise ou dans le milieu scolaire, il faut appuyer vos propos avec des arguments concrets ou des chiffres afin que la personne en face comprenne bien les raisons de votre refus.

 

Expliquez pourquoi vous dites non

Quatrième étape de ce plan d'action : expliquez plus en détails ce qui vous motive à dire non. Alors ce n'est pas valable pour toutes les demandes. Si quelqu'un vous demande de l'argent dans la rue et que vous n'en avez pas, un simple "non, désolé, je n'ai pas mon portefeuille sur moi" suffira amplement.

A l'inverse, si la situation vous tient vraiment à cœur, il est important de vous justifier vraiment. Par exemple, cet été, je travaillais en intérim dans une entreprise qui avait une cantine. Mes collègues, que j'appréciais, m'ont invité à manger avec eux à cette cantine. Et j'ai refusé. Mais comme j'étais touché qu'ils m’intègrent comme ça en me proposant de déjeuner quotidiennement avec eux, je ne me suis pas contenté d'un "non merci". Je leur ai expliqué que mon alimentation me tenait vraiment à cœur et que j'avais besoin d'un déjeuner équilibré pour avoir de l'énergie l'après-midi et atteindre mes objectifs sportifs et de santé. Et ils ont très bien compris. Ils ne se sont pas vexés alors que ça aurait été le cas si je n'avais pas justifié mon refus. De même, j'aurais culpabilisé si je ne leur avais pas expliqué pourquoi je ne voulais pas déjeuner à la cantine avec eux.

 

Proposez un plan B pour ne pas culpabiliser

Enfin, cinquième et dernière étape de ce plan d'action : donner un plan B à la personne qui vous sollicite. Cette étape est également optionnelle car elle ne s'adapte pas à toutes les situations. Mais elle peut grandement vous aider à ne pas culpabiliser. Encore une fois, si la situation vous tient à cœur, proposer un plan B va permettre de montrer à votre interlocuteur que vous êtes tout de même impliqué dans ce qu'il vous propose. Ce plan B, ça peut être de proposer un autre moment ("je ne suis pas disponible cette semaine mais je peux dès la semaine prochaine"), de recommander une autre personne qui conviendrait ou de proposer quelque chose de différent ("je ne pense pas que cette manière de traiter le projet soit la meilleure mais je peux te proposer de faire ça à la place").

 

La confiance en soi : la clé pour dire non sans culpabiliser

Pour dire non sans culpabiliser, il va falloir avoir confiance en vous. Car même si vous dites un "non" catégorique et justifié, vous risquez de culpabiliser après coup, de regretter votre refus. Ca arrivera si vous n'avez pas assez d'estime de vous-même. Rappelez-vous pourquoi vous refusez : votre justification doit vous permettre d'avoir assez confiance en vous pour ne pas culpabiliser. Si vous manquez de confiance en vous, je vous invite à consulter mes articles sur le sujet. J'ai des conseils et des exercices pratiques pour vous permettre de booster votre estime de vous-même.

 

 

Si vous êtes intéressé par la prise de parole et la confiance en soi à l'oral, je vous invite à vous inscrire pour recevoir ma formation gratuite de cinq vidéos. Il suffit d'entrer votre e-mail et vous recevrez la première vidéo de la formation. Je vous invite à découvrir comment devenir un orateur charismatique, respecté et convaincant. Mais je vais aussi vous apprendre à aimer les prises de parole en public, même si c'est pour l'instant quelque chose que vous craignez.

 

© CHARISME DEVELOPPEMENT