fbpx

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un nouveau grand orateur Martin Luther King. 

Si vous n’avez pas lu mes prĂ©cĂ©dents articles sur les cĂ©lĂšbres orateurs de l’histoire, je vous invite Ă  aller jeter un oeil. Nous avons dĂ©jĂ  vu Steve Jobs, Churchill, Gandhi, Obama et beaucoup d’autres. Dans cet article, je souhaiterais m’intĂ©resser davantage Ă  un personnage emblĂ©matique, l’orateur Martin Luther King. 

Martin Luther King est nĂ© en 1929. DĂšs l’Ăąge de 15 ans, il reçoit son premier concours d’Ă©loquence. C’est une personne prĂ©destinĂ©e Ă  faire de la parole son arme la plus puissante. 

Le cĂŽtĂ© paradoxal, c’est qu’il remporte son concours d’Ă©loquence Ă  l’Ăąge de 15 ans, et il doit faire les 130 km de trajet de retour chez lui, debout, dans un bus.

À l’Ă©poque, c’est la sĂ©grĂ©gation raciale aux Etats-Unis, oĂč les noirs n’Ă©taient pas considĂ©rĂ©s comme des ĂȘtres humains Ă  part entiĂšre.

C’est assez marquant, car Martin Luther King s’est battu pour les droits des personnes noires aux Etats Unis. 

A l’Ăąge de 36 ans, il remporte le prix nobel de la paix liĂ© Ă  tous les Ă©vĂšnements que l’on va voir et Ă  ses compĂ©tences d’orateur. Malheureusement, il finit assassinĂ© Ă  l’Ăąge de 39 ans pour ses opinions politiques et le combat qu’il a menĂ©. 

 

Martin Luther King = Conviction + Passion

Si vous n’avez qu’une seule chose Ă  retenir, c’est que Martin Luther King = Conviction + Passion. 

C’est une personne vĂ©ritablement passionnĂ©e par son combat, Ă  savoir la lutte entre personnes noires et les personnes blanches. Il avait de trĂšs fortes convictions et un projet de vie auquel il s’accrochait. C’est ce qui en a fait sa compĂ©tence principale de grand orateur. Il avait une forte envie de rĂ©ussir et de changer les choses. Il Ă©tait trĂšs bien placĂ© pour parler de ce sujet puisqu’il en Ă©tait lui-mĂȘme victime. 

Sa conviction et sa passion se retranscrivent dans sa dĂ©marche, sa maniĂšre de se tenir Ă  l’oral, la formulation de ses discours. Il a fait de sa vie un vĂ©ritable combat. 

Martin Luther King

L’orateur Martin Luther King, un Messie  

Sa seconde qualitĂ© est qu’il Ă©tait considĂ©rĂ© un peu comme un messie. Il avait comme objectif de vie de mener Ă  bien sa cause. Il faisait d’ailleurs de nombreuses rĂ©fĂ©rences Ă  Dieu, sans pour autant que son discours soit religieux. C’Ă©tait une mission de vie qu’il devait accomplir. 

Dans l’un des passages de son discours, il affirme : si vous balayez les rues de votre ville et que c’est votre mĂ©tier, faites en sorte que les vivants actuels, ceux qui ne sont pas encore nĂ©s et ceux qui sont dĂ©jĂ  morts, ne fassent pas mieux votre mĂ©tier. Cela dĂ©montre sa volontĂ© de toujours s’amĂ©liorer. Pour lui, quel que soit votre mĂ©tier, faites en sorte d’ĂȘtre le meilleur dans votre domaine. 

Il avait cette envie d’ĂȘtre le meilleur et de rĂ©pandre la gratitude autour de lui. C’Ă©tait une forme de messie qui voulait changer les choses. 

Le discours “I have a dream”

Je souhaiterais que l’on Ă©tudie en dĂ©tail son cĂ©lĂšbre discours : “I have a dream”. 

Un discours chronologique 

Son discours est organisé en 3 axes. Il est trÚs simple, car il est chronologique : 

– Dans un premier temps, il parle des atrocitĂ©s et des diffĂ©rences entre les personnes blanches et les personnes noires aux Etats-Unis. 

– Ensuite, il explique les raisons de sa prĂ©sence et de son discours. 

– Il finit sur une vision d’avenir avec la cĂ©lĂšbre phrase : « I have a dream ». 

C’est un discours trĂšs facile Ă  comprendre, et surtout extrĂȘmement puissant. En terme d’argumentation, il n’y a pas mieux. Il fait un constat, il explique sa crĂ©dibilitĂ© et il fait une proposition d’avenir. Cela lui permet de mettre de son cĂŽtĂ© toutes les personnes qui ne comprennent pas le mouvement. 

Dans cet esprit de logique sur le discours, il choisit aussi un lieu lourd de sens. En effet, il prononce son allocution Ă  Washington. C’est l’endroit oĂč Lincoln avait aboli l’esclavage. C’Ă©tait le premier pas vers l’Ă©galitĂ© entre les personnes de couleur blanche et les personnes de couleur noire. Ce n’est donc pas anodin. 

 

Une implication personnelle 

Maintenant, concentrons nous sur le langage verbal et non-verbal. 

ConcrĂštement, dans son discours, il s’implique personnellement. Comme je vous l’ai dit, c’est une personne qui a lui-mĂȘme subit la sĂ©grĂ©gation raciale. C’est lui qui a un rĂȘve. Tout au long de son discours, il utilise le “je” et le “nous” pour s’inclure dans ses convictions. 

En plus de cela, il utilise la puissance des silences. Il parle, s’arrĂȘte et recommence. Les temps de pause sont extrĂȘmement bien maĂźtrisĂ©s. A chaque « I have a dream », il marque un temps de pause avant d’enchaĂźner sur la suite. Cela permet Ă  chaque spectateur de bien mĂ©moriser cette petite phrase. 

Par ailleurs, il a un cĂŽtĂ© rythmĂ© au sein de son discours, que ce soit par les temps de pauses ou par son Ă©loquence, qui se rapproche de la musique. D’ailleurs, sa femme appartenait Ă  l’univers de la musique. I have a dream ressemble un peu Ă  une chanson. 

Son packaging de communication fait de lui un trĂšs bon orateur. C’est l’une des raisons pour lesquelles son discours est rentrĂ© dans les annales de l’histoire. 

Anectode 

I have a dream n’Ă©tait pas Ă©crit au sein de ses notes. Il avait prĂ©vu de le dire, mais l’avait supprimĂ©, car un conseiller lui avait dit de ne pas le dire. 

Vous remarquerez que la premiĂšre fois qu’il le dit, il se dĂ©tache de ses notes, et il regarde le public dans les yeux. C’est donc important de se dĂ©tacher de ses notes, de faire les choses au feeling et de laisser place aux Ă©motions. Cela permet ainsi de capter les sentiments du public. Pour Martin Luther King, cela a Ă©tĂ© trĂšs bien rĂ©ussi. Il a parlĂ© avec le coeur par passion. 

Pour convaincre une personne, l’arme la plus puissante est Ă©videmment de toucher les Ă©motions. 

Orateur Martin Luther King

Les figures de style 

Sa derniĂšre qualitĂ© d’orateur est son amour pour les figures de style. 

Il en utilisait beaucoup : 

– L’anaphore avec “I have a dream”. C’est le fait de rĂ©pĂ©ter un mot en dĂ©but de phrase. Cela permet de bien faire comprendre le message. 

– Les mĂ©taphores : C’est le fait de vouloir dire quelque chose en utilisant des images. Le public peut ainsi comprendre plus facilement un thĂšme plutĂŽt complexe. 

– Le contraste : Il utilisait Ă©normĂ©ment les oppositions. Cela s’applique Ă©normĂ©ment en cas de conflit. Churchill utilise aussi beaucoup cette technique dans le cadre de la Seconde Guerre mondiale. Il oppose au dĂ©but de son discours toutes les violences ou les problĂšmes lĂ©gaux entre les blancs et les noirs. Il finit par une opposition avec une vision de paix et d’Ă©galitĂ© entre les personnes. Pour faire des oppositions, il utilise des conjonctions de coordination « mais », « or », « ou », « alors », etc. 

– Les accumulations : Le fait d’insister sur les horreurs qui sont faites aux personnes noires. Ou alors d’accumuler sur la vision positive. 

 

Vous avez pu voir les compĂ©tences d’orateur de Martin Luther King. Je vous invite Ă  visionner son discours qui est vraiment inspirant. Dans tous les cas, vous pouvez crĂ©er vous-mĂȘme votre capacitĂ© d’orateur grĂące aux diffĂ©rentes techniques de Martin Luther King. 

Et si vous cherchez d’autres astuces pour amĂ©liorer votre communication et votre prise de parole en public, vous pouvez suivre ma formation gratuite d’une heure en cliquant sur le lien ci-dessous. 

Articles complémentaires qui pourraient vous intéresser :

  1. Orateur Anthony Robbins
  2. Les qualitĂ©s d’orateur de Winston Churchill
  3. L’orateur Gandhi
  4. Les qualitĂ©s d’orateur de Barack Obama