SĂ©lectionner une page

Comment amĂ©liorer sa communication verbale et rĂ©ussir Ă  mieux parler lors d’une prise de parole ou d’une conversation ? Dans ce nouvel article, je vais vous donner des techniques pour enrichir votre communication Ă  travers des exemples concrets !

Mon but sera de vous permettre de mieux vous exprimer. Car vous devez savoir que la parole et la communication est trĂšs prĂ©cieuse pour un leader. C’est un compĂ©tences a chĂ©rir qui vous offrira beaucoup si vous savez parler aux autres.

Je vais donc vous partager des techniques pour améliorer votre communication verbale.

Cet article fait suite Ă  celui sur la communication non-verbale, oĂč je vous partageais des techniques pour amĂ©liorer votre communication grĂące aux gestes et Ă  l’attitude.

Cette fois, on va se concentrer sur le cÎté verbal : le vocabulaire que vous employez, votre ton, les silences que vous placez volontairement, etc.

On dit que la communication verbale ne reprĂ©sente que 7% de la rĂ©ussite d’une prise de parole.

Je pense que cela tourne plus autour de 10 Ă  15%. Le reste, c’est la communication non-verbale, c’est-Ă -dire votre attitude. Le discours a tout de mĂȘme son importance puisque c’est avec lui que vous allez dĂ©livrer votre message.

Aujourd’hui, je vais vous apprendre Ă  le faire de la meilleure des maniĂšres.

 

Pour améliorer sa communication verbale, élargir son vocabulaire

Le premier point selon moi pour amĂ©liorer sa communication verbale, c’est d’Ă©largir son vocabulaire.

On emploie trĂšs souvent les mĂȘmes mots et c’est dommage car la langue française est trĂšs riche !

Alors autant s’en servir pour faire passer le bon message, dans toutes ses subtilitĂ©s.

On pourrait penser qu’Ă©largir son vocabulaire signifie apprendre du vocabulaire soutenu, du style que l’on trouve dans les concours d’Ă©loquence.

Certes, cela peut ĂȘtre trĂšs intĂ©ressant. Ce sera certainement une partie du travail Ă  fournir. Mais, selon moi, le plus important est de maĂźtriser une large palette de vocabulaire pour s’adapter Ă  tous les interlocuteurs.

Que vous interveniez devant des jeunes de banlieue ou des directeurs d’universitĂ©, vous devez ĂȘtre en mesure d’adapter votre vocabulaire pour construire un discours qui leur parle.

Pour enrichir votre vocabulaire, le plus efficace reste de lire diffĂ©rents types d’ouvrage et d’Ă©couter (des livres audio, des Ă©missions radio, des vidĂ©os, etc.).

C’est ainsi que le cerveau dĂ©tecte des mots nouveaux et les retient (si vous en faites l’effort conscient).

 

Supprimer les tics de langage pour développer sa communication verbale

Le deuxiĂšme point de cet article sur la communication verbale ne va pas vous surprendre. Je vous conseille vivement de travailler afin de supprimer tous vos tics de langage.

On ne va pas se mentir, on en a tous ! Vous savez, ces petits mots que l’on rĂ©pĂšte sans cesse et qui parasitent notre discours : « alors, « voilà », « carrĂ©ment », « ben », « c’est vrai », « logique », etc.

Ces tics de langage n’incitent pas les autres Ă  nous Ă©couter attentivement.

Cela donne l’impression que l’on n’est pas Ă  fond dans ce que l’on raconte, ou dans les rĂ©ponses que l’on apporte Ă  l’autre.

Il faut donc commencer par identifier vos tics de langage et repérer les situations dans lesquelles vous les utilisez.

Il sera alors plus facile deles éliminer, progressivement. 

Une situation oĂč l’on emploie beaucoup de mots inutiles est le moment de formuler une demande.

On ose tellement pas demander, poser la question que l’on s’embarrasse de « je voulais te demander, « tu vois », « tu sais », « si seulement », etc.

Formulez votre demande de maniĂšre directe et polie et vous aurez toutes les chances d’obtenir un « oui ».

Se débarrasser des pléonasmes et exagérations pour épurer sa parole

Dans la lignée des tics de langage, on trouve les pléonasmes et exagérations, qui viennent eux aussi parasiter la communication verbale.

Il est donc primordial de s’en dĂ©barrasser pour fluidifier son discours et donc amĂ©liorer sa communication. Surtout lorsqu’il sagit de conversation. Je vois beaucoup de personnes qui pensent ne pas avoir de la conversation et qui cherchent Ă  amĂ©liorer leurs discussions avec des techniques complexes.

Commencez déjà par supprimer les choses négatives à une bonne communication orale.

Avec les pléonasmes et exagérations, on croit renforcer notre discours mais on fait en réalité tout le contraire car on devient moins crédible.

Les plĂ©onasmes c’est tout ce qui est rĂ©pĂ©tition d’une mĂȘme idĂ©e dans une expression : « monter en haut », « crier fort », « au jour d’aujourd’hui », etc. Ca peut mĂȘme Ă©nerver certaines personnes, qui ne vont plus du tout vous Ă©couter.

Ensuite il y a les exagĂ©rations et hyperboles. Dans la langue française, on a une expression pour cela : « ĂȘtre marseillais ».

C’est-Ă -dire qu’on exagĂšre quelque chose sous le coup de l’Ă©motion ou pour renforcer ses propos. Mais, on l’a vu, c’est tout le contraire qui se produit.

Utiliser le positif pour développer sa communication verbale 

L’avant dernier conseil que je peux vous donner c’est d’avoir une communication plus positive.

Car le cerveau humain retient trĂšs facilement le nĂ©gatif. C’est ce que l’on appelle le biais de nĂ©gativitĂ©.

Il est donc trĂšs important de veiller Ă  ne pas utiliser des mots et expressions nĂ©gatives. Par exemple, lorsque l’on dit « pas de souci » ou « aucun problĂšme », le cerveau retient seulement « souci » et « problĂšme ». Remplacez ces expressions par « avec plaisir » et vous verrez que votre communication sera bien plus efficace.

De maniĂšre gĂ©nĂ©rale, je vous conseille d’avoir une communication la plus positive possible.

Utilisez des expressions et des mots Ă  connotation positive, supprimez la majoritĂ© des nĂ©gations et vous verrez que votre communication s’en trouvera amĂ©liorĂ©e.

Bien construire son discours pour une bonne communication verbale

Dernier point pour améliorer votre communication verbale : apprenez à bien construire votre discours.

Pour cela, il y a différentes techniques sur lesquelles vous pouvez vous renseigner. Par exemple le pitch pour convaincre un auditoire.

Ou encore le storytelling pour raconter une bonne histoire. Mais aussi le discours de motivation pour inciter votre interlocuteur Ă  s’investir.

Il va ĂȘtre trĂšs intĂ©ressant d’apprendre Ă  connaitre les techniques de communication. De cette maniĂšre, vous pourrez plus facilement atteindre l’objectif de votre communication. Car vous en aurez un diffĂ©rent en fonction de la technique de communication utilisĂ©e.

 

On arrive Ă  la fin de cet article. J’espĂšre que ces diffĂ©rentes techniques vous seront utiles pour amĂ©liorer votre communication verbale.

Si vous voulez aller plus loin, sachez que je propose une heure de formation gratuite sur la prise de parole en public.

GrĂące Ă  cette sĂ©rie de vidĂ©os, vous deviendrez un orateur convaincant et Ă  l’aise. Je vous apprendrai Ă  prĂ©parer un oral.

À ĂȘtre plus Ă  l’aise dans vos relations avec les autres, Ă  construire un discours convaincant ou encore Ă  trouver votre style d’orateur. Pour vous inscrire, il suffit de renseigner votre adresse e-mail dans le formulaire de fin d’article.

Les articles qui pourraient vous intéresser :

  1. Avoir une bonne communication para verbale
  2. Avoir une bonne communication non verbale
  3. Avoir plus d’intelligence sociale
  4. Savoir s’affirmer et se faire respecter